Tous les articles par webmasterA

UNE AMBITION CONTRARIÉE

Share

Après un documentaire fin 2023, c’est un téléfilm en plusieurs épisodes diffusés début 2024, qui a retracé l’affaire Agnès Leroux.

La disparition de l’héritière du Palais de la méditerranée a alimenté la chronique judiciaire de notre pays pendant une quarantaine d’années, mais nombre d’habitants de notre village ignorent que l’un des principaux protagonistes de cette affaire, l’avocat J.Maurice Agnelet, était un Abadien.

Au moment de la disparition d’Agnès Leroux à l’automne 1977, M. Agnelet était en effet domicilié dans notre quartier de la Suc, sur les flancs du mont Ubac , en commune de Cantaron. Il avait fait construire quelques années auparavant une villa au bord de la route stratégique du Mont Macaron, sur une parcelle où préexistait une vieille bâtisse en ruine édifiée au début du 20e siècle, dénommée « la maison cantonnière » car elle était jadis le logement de fonction du cantonnier du secteur.

La maison de la famille Agnelet était, au début des années 1970, l’une des toutes premières construites sur ces espaces de garigue et de forêt, qui venaient d’être desservis en eau potable, grâce au travaux d’adduction réalisés par la municipalité de Cantaron.

L’urbanisation de cette partie de nos collines étant désormais possible suite à l’arrivée de l’eau, la valeur des terrains allait inévitablement augmenter voire décupler. Devant ces perspectives M. Agnelet subodorant la possibilité de plus-values foncières, entreprit pour son compte personnel, de contracter des propriétaires de ces terres pour leur proposer de leur acheter au prix de 1 Franc le mètre carré.

Les propriétaires refusèrent bien évidemment, cette offre très inférieure à la valeur de leurs parcelles l’un d’entre eux alla même jusqu’à menacer M. Agnelet de son fusil s’il ne déguerpissait pas de sa demeure ! Les habitants de ces quartiers eurent dès lors la conviction que M. Agnelet avait une âme de spéculateur.

Cet épisode va avoir des conséquences fâcheuses pour la carrière politique de l’intéressé. Celui-ci était depuis 1971 conseiller municipal de Cantaron. Le maire de la commune, Joseph Carrara, en fonction depuis plusieurs mandats, avait décidé de ne pas se représenter aux élections municipales de mars 1960. M. Agnelet, ambitionnant de lui succéder, prit la tête d’une liste composée en bonne partie d’élus sortants, face à la liste concurrente à coloration de gauche. La victoire était probable, mais un fait inattendu allait chambouler la campagne électorale .

Plusieurs habitants du hameau du Saut de Millo, craignant que la mairie de Cantaron tombe sous la coupe d’un personnage douteux selon eux, parvinrent à convaincre les colistiers de M. Agnelet, de demander aux électeurs de barrer son nom sur le bulletin de vote.

NB :  Le panachage était possible.

La donne politique s’en trouva bouleversée et une partie de l’électorat décontenancé préféra voter pour la liste concurrente qui l’emporta. M. Agnelet qui ambitionnait une carrière politique départementale et même nationale, pour laquelle l’accession à la mairie de Cantaron aurait pu être son marchepied, vit ainsi ses espoirs anéantis.

Quelques mois après, éclatait l’affaire du Palais de la Méditerranée, propriété de la famille Leroux, et à la Toussaint, Agnès Leroux coactionnaire, disparaissait. Dès lors, on peut s’interroger : si M. Agnelet était devenu maire de Cantaron, cette affaire économico-politico-judiciaire, dans laquelle il fut très impliqué aurait-elle suivi le même cours ?

Cette question restera sans doute à jamais sans réponse. De même celle de l’évolution de ces hauteurs Abadiennes si M. Agnelet avait dirigé la municipalité de Cantaron.

Par ailleurs, le fonctionnement du SIVoM de l’Abadie, dont la commune était membre depuis la création du syndicat en 1971 en aurait-il été affecté ? On ne peut le dire. Ce que l’on peut par contre affirmer c’est que ce chapitre de l’histoire de notre village n’a pas eu en définitive de conséquence négative pour la coopération intercommunale ni pour la qualité de vie des Abadiens. C’est bien l’essentiel.